background img
4 années ago
1089 Views

Le sport et la guerre

Ecrit par

Guerre et Sport

Le sport et la guerre sont deux domaines très différents. Mais vous l’avez remarquez, le langage des journalistes commentateurs s’apparente souvent à celui de la guerre. On parle ainsi d’écraser l’adversaire, de démolir la défense d’une équipe, du but de la mort et de rester vivant. L’idée n’est pas de faire l’amalgame entre sport et guerre mais de voir si au-delà de ces métaphores, le sport se nourrit ou non d’attitudes guerrières.

Dans les stades, les hymnes et drapeaux ramène la compétition sportive à l’identification nationale. Derrière une équipe il y a un pays avec parfois des attitudes nationalistes.

Les jeux olympiques furent détournés de leur vocation originelle à des fins politiques, en 1936 à Berlin et durant la période de la guerre froide où ils symbolisaient la supériorité d’une nation voire d’une race par rapport aux autres. Derrières les champions, des millions de personnes unies souhaitent voir leur pays s’approprier le maximum de médailles. Le sport symbolise donc l’image d’un pays, sa force, sa puissance et l’unification d’un peuple contre un adversaire.

Depuis la nuit des temps, les moyens mis en œuvre pour préparer un soldat sont très proches de ceux enseignés dans les écoles de sport. Le corps du soldat doit être préparé à se surpasser, l’exercice physique, l’exhortation à l’effort et la résistance à la douleur sont à la fois présents dans l’enseignement sportif et celui du militaire. C’est assez logique car les vertus sportives et guerrières sont communes : Habileté motrice, dépassement de soi, stratégie collaborative.

De même, bien des disciplines sportives enseignées découlent de l’art de la guerre. Les techniques enseignées en Aïkido sont issues du savoir-faire des Samouraïs, cela est vrai aussi dans le Karaté, le Kung-fu, Krav Maga et bien d’autres disciplines sportives. On parle dans ces sports de rage de vaincre de stratégie défensive et d’attaque.

Bien évidemment, la démarche militaire va au-delà des techniques et des stratégies car elle vise la destruction de l’autre.

L’affrontement sportif conduit-il à l’agressivité, contient-il de la violence ? Ou bien schématise-t-il les rapports de force au point de jouer un rôle cathartique ?

Le sport n’est pas la guerre, mais la guerre se métaphorise dans le sport. Dans un cas comme dans l’autre, il faut vaincre, par la force, l’habileté, la technique et la tâche du pédagogue est alors d’investir le sport de valeurs éducatives et pacifistes. Aider le sportif  à remporter une victoire sans la moindre destruction.

Article Tags:
·
Article Categories:
Divers

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

This site uses KeywordLuv. Enter YourName@YourKeywords in the Name field to take advantage.