background img
4 années ago
516 Views

Le sport a t-il une valeur politique ?

Ecrit par

La question n’est pas nouvelle et dans les années 70, le sociologue Jean-Marie Brohm avait rouvert le débat  en s’attaquant à certains aspects du sport de haut niveau dont les principes relèvent selon lui d’une certaine forme de domination. Ainsi, dans le cadre d’une analyse purement marxiste, la compétition sportive est issue des valeurs aristocratiques et bourgeoises de l’Angleterre industrielle, qui bercées par le « mythe olympique » exploiteraient la force humaine pour assoir sa domination.

La compétition, lieu d’exaltation des hymnes et des affrontements entre nations, mettrait en exergue le culte de la force musculaire au travers d’une forme de violence organisée. Toujours selon Jean-Marie Brohm, le sport de haut niveau serait l’incarnation du capitalisme triomphant et le coubertinisme, le reflet d’un racisme aux sympathies fascistes.

En parallèle, un autre point de vue, considère le sport comme un vecteur d’éducation, de santé, de moralité, de paix entre les peuples. C’est en quelque sorte un « ciment social » qui donne lieu parfois, à une activité beaucoup plus professionnelle, celle du sport de haut niveau.

Paradoxalement, de cette professionnalisation à outrance du sport résulte une exploitation de l’homme par l’homme à des fins économiques. L’intensité des entraînements, l’utilisation de substances dopantes, le sport spectacle et l’intensité de la concurrence, vont également dans le sens du sociologue. Quoi que l’on pense du point de vue de M. Brohm, il faut bien lui reconnaître d’avoir creusé une « brèche » dans une vision pourtant bien établie du sport.

Article Tags:
· ·
Article Categories:
Divers

Comments to Le sport a t-il une valeur politique ?

  • Le sport sans violences a surtout une valeur humaniste lorsqu’il est pratiqué avec plaisir et éthique de façon à ce que tous les participants puissent s’épanouir et se divertir dans le respect, la considération et l’appréciation de chacun. Traiter les autres participants comme des partenaires et non des adversaires. Refuser dans le sport la violence physique, la violence morale, l’hooliganisme, le non-respect ou l’utilisation vicieuse du règlement, la tricherie, la commercialisation à outrance.

    Alex 31 mars 2013 14 h 43 min Répondre
  • La vision de ce sociologue est un peu pessimiste et alarmiste. Cela remet en cause le sport de haut niveau. Les sportifs de haut niveau, seraient donc de simples instruments, utilisés à des fins politiques et économiques. Cela fait froid dans le dos. Mais je penses, qu’il y a une part de vrai dans cette analyse. La professionnalisation à outrance de nombreux sports n’est pas bonne du tout. Et on la très bien vu avec le Football qui est devenu complètement pourrit par l’argent. Les sportifs ne n’ont plus les pieds sur terre. Tout est résumé dans votre phrase ci-dessus : Exploiter la force humaine et l’ignorance pour assoir sa domination. A suivre !

    Stage Rugby 11 avril 2013 15 h 52 min Répondre
  • Tout dépend des sports je pense…le football tient une place un peu trop importante dans la politique à mon goût et pas de façon toujours positive, qu’en pensez-vous?

    georges from ici 27 mai 2013 9 h 01 min Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

This site uses KeywordLuv. Enter YourName@YourKeywords in the Name field to take advantage.