background img
3 années ago
2430 Views

Etude sur la pratique du sport en France

Ecrit par

Une étude gouvernementale portant sur le nombre de licenciés vise à restituer un premier niveau d’information, pour chacune des 82 fédérations et chacun des 3 groupements nationaux, à partir des données transmises.
Toutes les fédérations n’ont pas été en mesure de fournir les fichiers demandés au
ministère tels que décrits ci-dessus. L’atlas donne un certain nombre d’indicateurs, il ne
constitue pas une analyse exhaustive des licences et clubs des fédérations.
Par Fédération sportive nous entendons une union d’associations sportives (régie par la loi de 1901), dont l’objet est de rassembler les groupements sportifs qui y sont affiliés ainsi que les licenciés, dans le but d’organiser la pratique sportive à travers notamment les compétitions.

Les fédérations sont agréées par le ministère : la loi leur reconnaît une mission de service public. Parmi elles, certaines reçoivent une délégation pour organiser la pratique d’une discipline sportive. Elles passent avec l’État un contrat permanent autorisant  l’organisation de compétitions.

Il existe plusieurs types de fédérations :

•  les fédérations multisportspermettent de pratiquer différents sports relevant pour
leurs règles des fédérations unisport comme l’union nationale du Sport scolaire
(UNSS) ;
•  les fédérations « affinitaires »visent en priorité une pratique omnisports, multiactivités, selon des affinités diverses centrées sur l’être humain dans sa globalité
(par exemple : l’union française des œuvres laïques d’éducation physique).
Licence sportive :la licence est un contrat de la fédération qui permet, selon ses
statuts, la participation au fonctionnement de la fédération. En outre, selon sa nature,
elle permet ou non la pratique sportive et la participation aux compétitions.
Dans cet Atlas, ne sont considérées sous le terme de licences que les adhésions d’une
durée d’un an à la fédération qui donnent lieu au paiement d’une cotisation annuelle.
Toute autre adhésion sera considérée comme un « autre titre de participation » (ATP).
Club sportif :association régie par la loi du 1 er juillet 1901 dont l’objet est de proposer
des équipements et des services pour la pratique sportive.
Taux de licences :nombre de licences délivrées dans une commune rapporté au
nombre d’habitants de cette commune (pourcentage). Le nombre d’habitants des
communes est issu des populations légales 2009 entrées en cours au 1er janvier 2012.
Taux de licences féminines : nombre de licences féminines délivrées dans une
commune rapporté au nombre d’habitantes de cette commune (pourcentage).
Le nombre d’habitantes des communes est issu des populations légales millésimées
2 009 entrées en cours au 1er janvier 2012.
•  les fédérations unisport organisent la pratique d’une seule discipline (par exemple
la fédération française de volley-ball). Elles sont qualifiées « d’olympiques » si leur
discipline figure au programme des Jeux Olympiques (gymnastique par exemple).
Sinon, elles sont considérées comme non olympiques (cas de la danse) ;

les fédérations multisports permettent de pratiquer différents sports relevant pour
leurs règles des fédérations unisport comme l’union nationale du Sport scolaire
(UNSS) ;
•  les fédérations « affinitaires »visent en priorité une pratique omnisports, multiactivités, selon des affinités diverses centrées sur l’être humain dans sa globalité
(par exemple : l’union française des œuvres laïques d’éducation physique).
Licence sportive :la licence est un contrat de la fédération qui permet, selon ses
statuts, la participation au fonctionnement de la fédération. En outre, selon sa nature,
elle permet ou non la pratique sportive et la participation aux compétitions.

Sur cette page, ne sont considérées sous le terme de licences que les adhésions d’une
durée d’un an à la fédération qui donnent lieu au paiement d’une cotisation annuelle.
Toute autre adhésion sera considérée comme un « autre titre de participation » (ATP).
Club sportif :association régie par la loi du 1er juillet 1901 dont l’objet est de proposer
des équipements et des services pour la pratique sportive.

Licenciés au 1er janvier selon le sexe et l’âge :

Sur les 11 millions de licences traitées dans l’atlas, les femmes représentent 36,8 % des détenteurs de licences, soit une proportion quasi identique (36,9 %) aux données issues de l’enquête nationale portant sur les 15,7 millions de licences délivrées par l’ensemble des fédérations sportives.

Alors que la part des femmes dans la population française s’établit à 51,6 %, seules 16 fédérations sur les 113 figurants dans le tableau ci-dessus disposent, parmi leurs licences, d’une majorité de femmes.

La prépondérance des licences féminines est particulièrement nette pour les fédérations d’équitation, des sports de glace, de danse, de twirling bâton, d’éducation physique et gymnastique volontaire et d’entraînement physique dans le monde moderne. La proportion de licences délivrée à des femmes y est comprise entre 80 et 93 %.

Si depuis 2004, la part des licences délivrées à des femmes par les fédérations sportives est en légère mais constante augmentation, 63 fédérations délivrent toujours moins de 30 % de licences à des femmes, dont 6 qui en délivrent moins de 5 %. Les femmes sont plus éloignées de la pratique sportive que les hommes dans toutes les catégories d’âge.

Les fédérations ont une marge de progression importante pour accentuer leurs efforts et développer des stratégies visant à capter le public féminin. Ce public constitue un potentiel important de développement pour les fédérations et un enjeu majeur pour l’égalité d’accès à la pratique sportive.

Le soutien aux projets de clubs en faveur d’une offre de pratique adaptée aux besoins locaux des féminines, en particuliers de celles qui sont le plus éloignées des APS pour des raisons économiques, sociales, géographiques, physiques ou culturelles doit être accentué.

On estime que plus de la moitié des licences ont été distribuées en 2011 à des individus de 20 ans et moins. À titre de comparaison, ils ne représentent qu’un quart de l’ensemble de la population. L’importance des fédérations scolaires (l’Union Nationale des Sports Scolaires (UNSS),  l’Union Sportive de l’Enseignement du Premier degré (USEP) et l’Union générale sportive de l’enseignement libre (UGSEL), qui représente 17 % de l’ensemble des licences distribuées) explique en partie cette forte proportion des 20 ans et
moins. En dehors des fédérations scolaires, quelques fédérations, notamment dans la famille des unisport olympiques, présentent un taux très élevé de licences distribuées à des individus de moins de 20 ans. Ainsi, pour les fédérations françaises des sports de glace, de gymnastique, d’équitation, et d’escrime, entre sept et huit licences sur dix sont distribuées à des moins de 20 ans. Parmi les fédérations multisports, la Fédération française maccabi se distingue nettement, avec près de sept licences sur dix délivrées à des jeunes de 20 ans et moins.

Inversement, les fédérations avec un faible taux de « licences jeunes » se situent parmi les fédérations unisport non olympiques ou parmi les multisports. Si l’on excepte la fédération française de retraite sportive, qui par nature n’a aucun détenteur de licences de moins de 20 ans, les fédérations françaises de randonnée pédestre et de planeur ultraléger motorisé sont celles qui délivrent le moins de licences aux moins de 20 ans, avec une part inférieure à 3 %.

L’âge médian des licenciés varie de façon importante selon les fédérations. Il va de 10 ans pour les garçons et filles de la fédération de gymnastique à 62 ans pour les licenciés de la Fédération de randonnée pédestre ou de la retraite sportive.

Si, généralement, l’âge médian varie peu entre les hommes et les femmes, cette différence est très marquée dans plusieurs fédérations. À titre d’exemple, l’âge médian est 46 ans pour les hommes et 16 ans pour les femmes à la fédération de danse ; de 21 ans pour les hommes et de 13 ans pour les femmes à la fédération française de tennis de table.

Alors que 4,4 millions de personnes vivent dans une « zone urbaine sensible » (ZUS), soit un peu moins de 7 % de la population française, les résidents des ZUS représentent, en 2011, 3,6 % des licenciés sportifs.
Cette part est de 3,8 % parmi les licenciés masculins et n’atteint par contre pas 3 % parmi les licenciées féminines.

En extrapolant ces résultats aux licences des fédérations qui n’ont pas transmis de fichiers détaillés, on peut estimer que le nombre total de licences en ZUS est compris entre 500 000 et 550 000.

Le taux médian de licences en ZUS avoisine les 2,6 %, soit 1 point de moins que la moyenne. Cet écart s’explique par la présence de quelques fédérations dont le taux est relativement élevé (plus de 8 %). La distribution des taux de licences en ZUS, selon les fédérations, s’étend de 0,2 % à 13,4 %.

Se situent dans le haut du palmarès, les fédérations de lutte, maccabi et taekwondo avec des taux respectifs de 13,4 %, 12 % et 9,2 %.
On observe aussi la présence de deux sports dits « US » : le football américain et le baseball dont les taux respectifs de licences en ZUS sont de 8,7 % et de 6,1 %. La fédération française de football présente un taux de 6,2 %. Enfin, parmi ces fédérations présentant un taux de licences élevé en ZUS (plus de deux fois le taux médian), on trouve les fédérations multisports suivantes : l’union nationale sportive Léo Lagrange (6,6 %), le sport travailliste (5,8 %) et la fédération handisport (5,8 %).
À l’inverse, parmi les fédérations présentant un très faible taux de licences en ZUS (moins de la moitié du taux médian), figurent les fédérations suivantes : rugby (0,2 %), ski (0,7 %), surf (0,8 %), pelote basque (0,9 %), motocyclisme (1,2 %), et voile (1,3 %). Ces fédérations concernent des disciplines impliquant une pratique régionalisée ou dans des milieux naturels spécifiques (rural, montagne, littoral). Or, une très forte proportion de la
population des ZUS réside dans les grandes villes, notamment en Île-de-France (1,3 million de résidents en ZUS, soit plus du quart de l’effectif national).

Les déterminants de la pratique licenciée en ZUS sont toutefois difficiles à cerner et exigeraient une analyse approfondie à la fois de l’offre et de la demande sportives. Nous ne disposons notamment pas à ce jour de l’implantation des clubs sportifs dans les ZUS.Il serait, en effet, intéressant d’étudier la zone d’attraction de ces clubs situés en ZUS, afin de
savoir s’ils attirent un nombre important de licenciés habitant hors de ces quartiers ou de regarder si certains habitants de ZUS sont licenciés dans des clubs situés en dehors des ZUS, et dans ce cas, pour quelles disciplines sportives.

Carte du taux de licence pour 10 000 habitants

 

Ces informations contribuent à orienter les stratégies de développement des acteurs en les amenant à s’interroger sur :

– l’adaptation et la diversification des modalités de pratiques proposées par rapport aux différents publics ;

– l’adaptation de la stratégie de développement à la structure de population d’un territoire.

Article Categories:
Non classé

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

This site uses KeywordLuv. Enter YourName@YourKeywords in the Name field to take advantage.